Le tourisme de mémoire : un atout pour les collectivités territoriales ?

Le tourisme de mémoire : un atout pour les collectivités territoriales ?

9 et 10 avril 2015
IADT, Clermont-Ferrand

Le tourisme de mémoire ne semble pas devoir être associé exclusivement à un épisode traumatique du passé, ni, non plus, à tout ce qui a trait au passé en général, au risque de confondre l’histoire et la mémoire.

Pour que l’on puisse parler de tourisme de mémoire, il faut que les éléments que l’on souhaite « patrimonialiser » fassent réellement « sens » pour certaines catégories de population, qu’ils participent à leur identité profonde, ce qui suppose à la fois diverses échelles d’analyse, une certaine relativité et beaucoup de complexité. Cela pose aussi la question de la réception car la mémoire, qui fera « sens » pour certains, restera seulement objet distant pour d’autres. Une piste, parmi d’autres, qui peut faire « sens » est celle de l’émergence d’une identité culturelle, et pour laquelle le tourisme de mémoire peut jouer un rôle très important. On peut penser ici à l’identité culturelle et à la citoyenneté européenne… en relation avec la « mise en tourisme » de certains lieux où s’est manifestée une prise de conscience européenne.

Le tourisme de mémoire est d’ailleurs souvent lié au patrimoine immatériel, enfoui dans la mémoire des communautés...

L’appel à communications complet est téléchargeable ici…