DYSPATER

DYSPATER

Le projet DYSPATER (Dynamiques spatiales du développement des territoires) associe le Centre d’Histoire « Espace et Cultures » (CHEC) et le CERAMAC, deux laboratoires de la MSH de Clermont, autour de deux objectifs étroitement liés :

  • comprendre les mécanismes spatiaux du développement des territoires dans la longue durée, depuis l’émergence des premières « places centrales » à l’Age du fer, en s’appuyant sur les recherches interdisciplinaires et diachroniques en cours sur l’Auvergne, en particulier dans le domaine archéo-environnemental ;
  • proposer une modélisation des processus spatiaux de développement en collaboration avec les géographes.

Le projet vise en particulier :

  • à rassembler la considérable documentation disponible, à la cartographier et à l’interpréter dans une perspective fondamentalement interdisciplinaire et diachronique ;
  • à constituer un outil collectif de gestion des données spatiales, qui pourra constamment être enrichi par l’apport de recherches nouvelles. Il s’inscrit de ce fait dans la politique du Réseau des MSH, qui vise à structurer la recherche régionale dans une perspective interdisciplinaire, à travers la mutualisation des moyens et la création de plates-formes technologiques.

    Le projet DYSPATER, reconnu comme « projet innovant » par la Région Auvergne, présente donc une double dimension : scientifique et patrimoniale. L’outil de gestion SIG mis en place permettra en effet d’intégrer, de synthétiser et de sauvegarder les données archéologiques, historiques, géographiques et paléoenvironnementales acquises au fil des ans par les laboratoires de la MSH (travaux des chercheurs et des étudiants). Il permettra également de répondre plus rapidement et efficacement aux attentes des collectivités en matière de patrimoine archéologique et culturel ou de gestion des territoires. Il sera développé en lien avec d’autres services de l’Etat (Inventaire, Service régional de l’archéologie).

Des projets sont envisagés dans la continuité des démarches engagées avec des collectivités locales rurales et urbaines (villes petites et moyennes) concernant la réalisation de SIG de gestion communale et de veille territoriale.