Vers la constitution d’un observatoire pour une gestion durable et concertée du territoire de la Communauté de communes de Dieulefit

Le but est de revoir et d’améliorer l’outil de veille foncière de la Communauté de Communes afin de disposer à tout moment et sous n’importe quelle forme (carte, graphiques, statistiques) d’informations harmonisées et objectives pour le développement du territoire… le projet devant déboucher sur la constitution d’un véritable observatoire.

L’intérêt est d’avoir un outil simple et accessible qui rassemble des données précises sur les plans fonciers mais aussi démographiques, économiques, socioculturels, d’occupation de l’espace et environnementaux. L’ensemble doit aussi s’inscrire dans la durée, avec un suivi des travaux et une forte volonté locale. Cette optimisation passe par une bonne coordination entre :
• L’animation par la Communauté de Communes
• L’accompagnement par l’équipe de recherche CERAMAC de l’Université Blaise-Pascal (SIG, ingénierie territoriale)
• L’appui d’un stagiaire en liaison avec l’équipe CERAMAC
• Les acteurs du territoires (élus, porteurs de projet) et les producteur d’informations géographiques (nouveau partenaire ou relation de la communauté de communes avec d’autres organismes)

Méthodologie et programme de travail

1. Revoir l’architecture du SIG existant
Une mise à jour s’impose en faisant dans un premier temps un inventaire et une restructuration des différentes bases de données existantes. Ceci doit aboutir à la création d’un cahier de métadonnées. Cette phase sera réalisée par l’ingénieur du CERAMAC en partenariat avec la Communauté de Communes au 1er trimestre 2010 ;

2. Cerner les besoins : enjeux à éclairer, thèmes à débattre, données à collecter
Cette phase de diagnostic peut être confiée plus spécifiquement à un stagiaire issu de formations en ingénierie territoriale de niveau Master 2ème année (stage de 5 mois de mai à septembre 2010). Il s’agira de conduire de nombreux entretiens sur le territoire auprès des acteurs (élus, techniciens, monde socioprofessionnel) pour évaluer les actions déjà conduites à partir du SIG, pour mobiliser les réseaux existants, pour mesurer les attentes en matière d’observatoire du territoire ou les limites rencontrées, aussi bien sur des question foncières et agricoles, que sur des thématiques peu explorées jusque là (urbanisme, réseaux, etc.).

A la suite de ces 2 phases, le CERAMAC proposera une synthèse sous forme de rapport comportant deux annexes (cartographie et résultats détaillés des entretiens). Les résultats seront fournis sur un support papier et numérique.

3. Recadrer et améliorer l’outil de veille foncière
Cette étape vise à adapter l’outil et à l’enrichir en données nouvelles, génériques (INSEE, etc.) et/ou spécifiques, ce qui suppose l’intégration de nouvelles informations (par ex. documents d’urbanisme, données PAC), la signature de conventions avec des partenaires et éventuellement l’actualisation/création de bases en interne ; phase engagée par le stagiaire mais qui se poursuivrait sur l’automne 2010 avec réalisation d’une cartographie thématique et analyse spatiale (SIG, statistiques).

4. Animer et accompagner sur le terrain
Tout au long de l’étude, il s’avère nécessaire de « faire connaître » l’outil SIG, les premières réalisations dans le cadre de la veille foncière comme des travaux complémentaires réalisés dans la phase 3. La réalisation d’un exposition ou l’édition d’un atlas pourrait permettre cette vulgarisation au printemps 2011.

5. Etudier la faisabilité d’un observatoire pour une gestion durable et concertée
En partenariat avec l’ensemble des acteurs de la Communauté de Communes mais aussi avec d’autres partenaires régionaux, réflexion sur la mise en œuvre d’un observatoire qui pourrait venir soutenir des projets de développement durable du territoire. Il s’agira surtout d’identifier les conditions de réussite d’un tel outil d’aide à la décision (coopération interterritoriale, fonctionnalités, moyens,...)